www.rugby-midipyrenees.fr   

   
   

             

                Rechercher sur le web

 
   
       
   

 Accueil Contact  Liens  Les clubs  Devenir Partenaire  Direct Live  

Saison 2014-2015 

 

L'interwiew

 

 

Facebook de www.rugby-midipyrenees.fr

 

Résultats/Class.

Coupe d'Europe

TOP 14 

PRO D2

Fédérale 1

Fédérale 2

Fédérale 3

Féminines

Honneur

Promotion Honneur

1 ère Série

2 ème Série

3 ème Série

4 ème Série

 

Tournois des six nations

 

 

 

saison 2010/2011

saison 2011/2012

saison 2012/2013

saison 2013/2014

 


Résultats et Classements des équipes de la Région Midi-Pyrénées

Mise à jour: Lundi 22 décembre 2014 à 21h

Les dernières Interview:

1:Jerome ACCORSI  2:Anne Laure FOURMONT

3:Rugby Club Launaguet 3:Gérard MIGUEL

4: Le huit Stade Toulousain  5: Sam WHITFIELD 

l'interview de la semaine:

(Informations: les photos appartiennent à Yves BERGANTIN)

Cette semaine c'est YVES BERGANTIN photographe sportif qui a bien voulut répondre a mes questions:

Le site internet  d'Yves BERGANTIN:  www.sportsyves.fr   

Bonjour Yves BERGANTIN , pourriez vous, vous présenter : Je suis né en 1948, (date du premier titre de champion de France du Football Club Lourdais) à Ossun dans les Hautes Pyrénées, à égale distance entre Tarbes et Lourdes . C’est dire que ma jeunesse a été jalonnée par les huit titres du FCL, dont le dernier  en 1968, contre Toulon au Stadium de Toulouse, où nous nous étions rendus avec trois copains.  Mais j’éprouvais, par esprit de contradiction, une attirance pour le Stadoceste Tarbais, où « Pipiou » Dupuy, faisait le  spectacle à lui tout seul.

Qu’est-ce qui a fait votre attachement au rugby ? La région, comme mentionné ci-dessus, mais aussi la beauté du jeu, même si son évolution n’est pas à mon goût.

Ou Habitez vous, parlez nous de votre ville: Après mes études à Tarbes, j’ai débuté mon métier de chaudronnier …à Lourdes, puis je me suis exilé dans le département voisin : les Pyrénées Atlantiques pour le restant de ma vie professionnelle, tout en continuant à faire des « piges » quand les Bigourdans venaient jouer  (ou courir) en Béarn. Résidant dans la banlieue de Pau, où les disciplines sportives ne manquent pas ( Rugby, Basket, Football, Hand-ball…), je reste profondément attaché à deux seules spécialités : le rugby et le cyclisme (amateurs). Pau est indissociable du « TOUR », mais le gigantisme pris par cette manifestation, me propulse vers…mon téléviseur.

 Quel est votre joueur de rugby préféré et votre club préféré ? Difficile à faire un choix. Surtout que le rugby reste avant tout un sport collectif. Je choisirais un « All-Black ». N’importe lequel. Pour tout ce qu’il représente dans ce jeu. Quant au choix d’un club, il fluctue au fil des saisons. Le Stade Toulousain a, ces dernières années, gagné ma préférence, car il représentait le mieux  l’idée que je me fais de ce sport. Mais il semble arrivé en fin de cycle, face aux grosses écuries, qui ont bouleversé la hiérarchie et la domination de notre « Sud-Ouest ».

 Pour vous, qui allez sur de nombreux terrain de rugby, Y a-t-il une différence entre le rugby amateur et le rugby professionnel ? Je regrette que les amateurs cherchent  à copier les professionnels. Il faut que le rugby des campagnes demeure un jeu, et non pas  un enjeu primordial pour le club, la ville ou la région. Les clubs doivent être le lieu de formation des jeunes ; un rassemblement dominical pour maintenir les liens entre anciens et  plus jeunes. Et puis le lundi, il faut aller travailler. Les soins nécessaires au rétablissement des organismes ne peuvent pas être prodigués avec efficacité.

Il faut être bien armé pour le jeu de contact. Alors qu’un cadrage pour une passe bien ajustée est tellement  beau à voir …et à photographier.

Quel regard avez – vous sur le sport féminin et bien sûr,  sur  le rugby féminin en France ? Trouvez-vous que le rugby Féminin soit reconnu dans le monde du rugby à ce jour ? J’ai eu l’occasion d’assister à quelques rencontres de rugby féminin, puisque le R.C.Lons évolue en Elites 2 (après avoir été champion de France en Elites 1). En ce qui concerne le jeu, c’est plus classique, donc plus fluide, que chez les hommes. Les filles ont bien le droit de pratiquer elles aussi  le sport qu’elles veulent, mais je ne pense pas que le haut niveau soit une bonne chose. Les municipalités, et les clubs ne peuvent plus supporter les dépenses inhérentes aux championnats nationaux. Le même dimanche, deux déplacements: l’équipe réserve de Limoges  à Lons, et  l’équipe première de Lille à Lons. Un championnat unique régional serait plus raisonnable. On arriverait quand même à déceler des talents pour l’équipe nationale, et surtout pour le rugby à 7, nouvelle discipline olympique.

Mais je ne voudrais pas être taxé de machisme. D’ailleurs, la femme que j’apprécie le plus sur un terrain de rugby, est l’arbitre Christine BIGARAN, du comité Midi – Pyrénées.

Que pensez-vous de l’obtention des points de bonus offensif et défensif ?Bof ! Une équipe peut très bien perdre la rencontre, et  prendre le bonus offensif.  Au fait : il peut s’ajouter à un bonus défensif ?Des tracas pour la presse. Et pourquoi deux poids et deux mesures entre les Professionnels (5 points) et les amateurs (7 points) ?  

Parlez nous de votre site internet http://www.sportyves.fr/. Déçu par le résultat de mon travail, le lundi sur le journal papier, j’avais envisagé de tout arrêter en 2010. Mais quoi faire le dimanche ? Alors, je me suis dit : « pourquoi ne pas créer un site personnel ? » sans connaissance particulière de l’informatique, mais avec un logiciel assez simple  à exécuter, j’ai décidé de me lancer.

Le rugby fédéral et territorial, de la Soule (Mauléon) jusqu’au Plateau de Lannemezan, en période de phase qualificative, et un peu plus loin , en phase finale. (Cette année Poussan dans l’Hérault pour la finale Oursbelille – Bordères  - R.C.Motterain, en Promotion Honneur)

Le cyclisme  dans le Sud-Ouest, avec principalement l’Essor Basque (en février), le Critérium international de Lacq – Audejos, et le Tour du Piémont Pyrénéen (en Août).   Et lorsque j’ai un peu d’inspiration, j’écris quelques lignes sur les rencontres. Mais plus de contraintes ; que du plaisir.

Comment faites vous pour choisir les matchs auquel vous allez faire des photos ? Après avoir établi le programme,  je donne ma préférence aux derbys bigourdans ou béarnais, de la Fédérale 1, mais j’éprouve autant de plaisir à aller sur les matchs de séries territoriales, lorsque les premiers ne jouent pas. Le terrain de rugby, est avant tout un lieu de rencontre.

Il m’arrive même de consulter les désignations des arbitres ; juges de touches, et délégués, avec lesquels se sont nouées de bonnes relations.

Qu’est ce qui vous a amené  faire des photos que ce soit pour le rugby ou le cyclisme. Des ennuis musculaires, ont mis rapidement un terme à mes activités sportives. J’ai donc rejoint l’équipe dirigeante de mon club, et commencé à écrire pour « La Nouvelle République des Pyrénées ». Les photos ont suivi évidemment. Et je me suis pris au jeu.

Êtes-vous satisfait  de l’accueil que vous font les clubs de rugby ? A force de me voir, pour certains dirigeants, je fais partie du décor, et un peu de leur famille. Mais depuis que je n’ai plus de contraintes, ni de directives, je vais où je sais que l’accueil sera courtois et sympathique. De plus, ils connaissent maintenant mon attitude vis-à-vis  d’eux : je ne commerce pas mon travail. J’essaye de les mettre en valeur

Quel est votre meilleur souvenir et votre pire souvenir en tant que photographe sur un stade de rugby ? Mes meilleurs souvenirs sont les finales, qui génèrent une ambiance formidable, surtout quand le perdant se montre beau joueur. Ce fut le cas la saison dernière à deux reprises : à Poussan (Oursbelille Bordères – R.C.Motterain) et à Bagnères de Bigorre (Oloron – Blagnac en juniors Bélascain)

Le pire souvenir ? Il y en a hélas un, laissé par les supporters du club dont j’avais été dirigeant, mais il y a bien longtemps…..Et Ossun avait perdu.

Comment doivent faire les personnes intéressées par des photos que vous avez prises lors des matchs ? les photos qui les intéressent. Je les place dans un album, sous Google +, en mode « Public ». Ils peuvent les télécharger gratuitement durant une ou deux semaines. S’ils ont oublié, ils peuvent ensuite me contacter avec la rubrique «Contact » et je leur fais parvenir les photos.

Faire de belles photos de sportifs en action a l’air très difficile, comment faites vous, et si vous aviez des conseils a donner aux internautes, lesquels seraient ‘ils ?

Il faut vérifier son matériel avant de partir ; le protéger si mauvais temps ; contrôler les réglages en fonction de la luminosité ; choisir un endroit  calme, loin de l’agitation des bancs de touche ; et rester concentré sur le sujet tout au long de la rencontre (qui ne dure en temps effectif qu’une demi-heure) ; surtout ne pas se laisser distraire ou discuter avec  d’autres personnes.

Important : ne pas assister à la troisième mi-temps, mais filer se placer devant l’ordinateur, pour deux heures de travail.

Les internautes se connectent le soir même sur le site. Il m’arrive d’avoir plus de 300 visites, dès le dimanche soir : ma seule, mais précieuse récompense.

Merci à Yves BERGANTIN pour cette interview

Pascal Mazet (réalisateur et webmaster et du site internet : www.rugby-midipyrenees.fr)

---------------

Les dernières Interview:

1:Jerome ACCORSI 2:Anne Laure FOURMONT

3:Rugby Club Launaguet 3:Gérard MIGUEL

4: Le huit Stade toulousain 5: Sam WHITFIELD

   
   
    Copyright © 2014 - www.rugby-midipyrenees.fr - Tous droits réservés Pascal MAZET    

Locations of visitors to this page